Jean-Paul Riopelle

L'Hommage à Rosa Luxemburg

Date de production
1992
Technique d'expression
Acrylique et peinture en aérosol sur toile
Dimensions
155 x 4039 cm (ensemble)
À propos de Jean-Paul Riopelle

Montréal, 1923 - L'Isle-aux-Grues, 2002

Jean Paul Riopelle est l’un des premiers artistes québécois dont la réputation a fait son chemin à l’international. La richesse et l’originalité de ses œuvres en font une des figures importantes de la modernité au Québec. Il est associé au mouvement automatiste, puis à l’expressionnisme abstrait et signe en 1948 avec plusieurs autres artistes québécois le manifeste de Refus global. Il mènera une partie de sa carrière à Paris, comme peintre, sculpteur et graveur avec le souci constant de rester inventif et de se renouveler. Remportant une douzaine de prix tout au long de sa carrière, Riopelle est l’un des artistes québécois les plus célèbres de la deuxième moitié du vingtième siècle.

À propos de L'Hommage à Rosa Luxemburg

C’est quelques jours après l’annonce de la mort de sa conjointe de longue date, Joan Mitchell que Riopelle entreprend la création de cette œuvre gigantesque. Le prénom Rosa vient du surnom qu’il donnait à sa compagne. Mais Rosa Luxemburg fait aussi directement référence à la militante communiste allemande du même nom, célèbre pour ses lettres de prison codées. L’imposante fresque de 40 mètres de long, réalisée avec de la peinture en aérosol, est constituée d’une suite de tableaux animaliers. On y perçoit, en plus des oiseaux, les silhouettes d’objets de la vie courante : clous, fers à cheval, gants, ciseaux, etc. Se voulant autobiographique, cette œuvre est souvent considérée comme le testament artistique de Riopelle.

© Succession Jean-Paul Riopelle / SODRAC (2013)

 

Suggestions
Suggestions de médias
  • JACKSON, Sharna et LAMBERT, James (2015). Le Grand Bain - Une formidable plongée dans l'art moderne et contemporain.
    Paris : Éditions Palette, 64 p.
  • BARGUIRDJIAN, Marie (2017). Riopelle : l'artiste magicien.
    Montréal : Édito jeunesse, 38 p.