Les frères Sanchez (Carlos et Jason)

8 Years Old

Date de production
2003
Technique d'expression
Épreuve à développement chromogène, 3/6
Dimensions
61 x 86 cm (oeuvre); 64,5 x 89,8 cm (avec cadre)
À propos de Les frères Sanchez (Carlos et Jason)

Né à Montréal en 1976

Photographes et réalisateurs, Carlos et Jason Sanchez travaillent ensemble professionnellement sous le nom de Les frères Sanchez (The Sanchez brothers). Leur collaboration débute à l’université, Carlos derrière la caméra et Jason devant, modèle par défaut. Ce dernier ressent rapidement l’appel de la création et rejoint son frère derrière la caméra. Ce duo montréalais est d’abord connu pour leurs tableaux photographiques grand format aux thématiques sombres, voire parfois anxiogènes. Leurs images, qu’ils qualifient eux-mêmes de cinématiques, peuvent faire croire à du photojournalisme, mais relèvent de mises en scène riches en détails et minutieusement planifiées. Elles cachent toutes une histoire, un propos narratif plus ou moins évident que le regardeur n’a d’autres choix que de compléter. Ils y abordent le côté obscur de l’âme humaine, le drame, l’immoralité et les tabous avec un réalisme saisissant. Tentés par le cinéma dès le début de leur carrière, ils écrivent et réalisent un long-métrage de fiction, Emprise (Allure) en 2017. Au cinéma et à la photographie, Les frères Sanchez ajoutent la réalisation de publicités. Ils ont d’ailleurs réalisé une série de publicités pour Loto-Québec.

À propos de 8 Years Old

Dans cette image qui peut paraître banale, Carlos et Jason Sanchez explorent la solitude vécue pendant l’enfance. Dans un monde dominé par les adultes, il est facile pour les plus petits de se sentir impuissants et quelconques. Même entouré de biens matériels dans une chambre confortablement meublée, ce jeune garçon recroquevillé sur lui-même semble préoccupé. Avec son air renfrogné, il attend, la porte ouverte. La pénombre qui imprègne l’image plonge l’enfant dans une atmosphère lourde et inquiétante. Son regard rivé vers l’extérieur de l’image, hors champ, vers un endroit que le regardeur ne peut voir rend l’image angoissante. Les artistes forcent ce dernier à s’interroger : que s’est-il passé ? Que va-t-il arriver?